Alla Messa celebrata per l’occasione hanno partecipato persone provenienti da Capo VerdeGuinea-BissauAngola e Mozambico. L'articolo che vi proponiamo, in lingua francese, ci è stato segnalato proprio da padre Rui Pedro, cappellano della missione lusofona, e l'ha scritto Dominique Von Leipzig, del Centre d'Ètude et de Formation Interculturelles et Sociales.

 

 

Senhor, tem piedade – Seigneur, prend pitié

Messe de Carême en portugais et créole à la prison de Schrassig

Le 17 mars a eu lieu une célébration eucharistique en portugais et créole pendant le temps de Carême à Schrassig. En plus de la messe dominicale, une messe en portugais et créole a lieu deux fois par an à la prison: pendant le temps de Carême et à l’Ascension, au moment du pèlerinage de Notre-Dame de Fatima à Wiltz.

Cette année, onze personnes de la communauté cap-verdienne et lusophone d’Esch/Alzette, accompagnées par le Père Rui Pedro c.s., aumônier la Mission catholique lusophone du Sud, Alain Mondésir, coopérateur pastoral, ainsi que l’aumônier de la prison le Père Vincent Klein s.j., se sont rendues à la prison de Schrassig. C’était la première visite, assez impressionnante, pour la plupart d’entre elles. Après les stricts contrôles de sécurité et une répétition des chants, elles ont participé à cette eucharistie avec quatorze détenus d’origine du Cap-Vert, d’Angola et de Guinée-Bissau qui sont venus les rejoindre dans la chapelle de la prison. 

Dans son homélie, le Père Rui a insisté sur le fait que tous, sans exception, nous faisons des erreurs et que Dieu nous pardonne et nous sauve. Mais il ne nous sauve pas sans nous. Le temps de Carême, qui nous enjoint à réfléchir sur nos paroles, nos actes et notre foi, est un temps particulier de recueillement et de repentir, non pas pour vivre sous le poids de nos fautes mais pour changer de comportement, pour nous renouveler dans la certitude de l’amour du Christ.

Comme un arbre au bord d’une rivière qui tire de ses racines la force de porter du fruit, si nous vivons véritablement notre foi, nous en tirerons la joie et la force de mener une vie digne et respectueuse des autres.

Respect, c’est aussi le thème d’une grande fresque peinte sur un mur de la belle chapelle de la prison aux plafond et sol en bois.

L’ambiance était recueillie, mais aussi particulière du fait de la présence continue des gardiens. Les mots «rédemption», «pardon» et «espérance» ont pris tout leur sens, ainsi que le moment de la paix échangée entre visiteurs et détenus. Mais l’atmosphère était légère aussi, grâce aux chants en créole, repris par tous, accompagnés du djembé et du tambourin apportés par les membres de la communauté cap-verdienne.

Après la célébration, tous se sont assis en grand cercle et ont partagé les spécialités cap-verdiennes amenées par les visiteurs. Les restes ont ensuite été soigneusement emportés par les détenus pour améliorer l’ordinaire des repas. Et les langues se sont déliées: les détenus – deux femmes et douze hommes, tous de 18 à 25 ans – étaient visiblement reconnaissants pour cette visite, mais aussi heureux de vivre deux heures et demie «normales», bien différentes de leur quotidien marqué par des relations humaines souvent tendues. C’était un moment émouvant de foi, de partage et d’espoir en une vie nouvelle après la prison.

Dominique VON LEIPZIG

http://www.cathol.lu/

f f
Cookies make it easier for us to provide you with our services. With the usage of our services you permit us to use cookies.